Vamos a Chile una vez mas!

Le samedi matin, Maxi m'emmene a 50 km du centre de BsAs, dans la zone industrielle de Pilar. C'est la-bas que se trouve le camion de Luis qui doit m'emmener a Mendoza. Pourquoi Mendoza? Qu'ai-je encore en tete? Ne serait-ce pas le moment de dire adieu a l'Amerique Latine et d'enfin entreprendre la suite du voyage en Asie? Sans doute, mais j'ai un probleme: ma tentative d'embarquement avortee a Ushuaia en direction de l'Antarctique ne m'a apparemment pas suffi. Apres avoir converse avec quelques capitaines de voiliers a Ushuaia, j'en ai retire une information importante: la plupart de ces voiliers remonte sur Puerto Montt (cote Pacifique chilienne) avant d'aller explorer les iles du sud du Pacifique et l'Asie du sud-est. La saison s'etend de mars a fin avril. Pourquoi ne pas aller y tenter ma chance? Je ne suis pas presse et je peux facilement me donner un mois ou deux pour essayer de me faire embarquer comme equipier. 

Me rendre au Chili represente donc le premier pas. Avec Luis, j'arrive a Mendoza dans la nuit du samedi au dimanche apres un voyage abrutissant de 900 km au milieu des plaines du centre de l'Argentine. Je passe la nuit chez Luis qui m'installe dans son salon tandis que lui rejoint sa femme et ses trois petits garcons dans sa chambre. Nous ne sommes pas exactement a Mendoza mais a Santa Rosa, au milieu des vignes et des "bodegas" (lieux d'elaboration et de production du vin) et l'environnement est extremement tranquille et relaxant. Luis m'annonce qu'aujourd'hui il va chez un ami avec sa famille pour un "pollo al disco" (poulet prepare au feu de bois dans une grande marmitte plate avec ajout de nombreux legumes et, au choix, du vin, de la biere ou du cidre pour faire mijoter le poulet en question). Quand je lui dit qu'apres six mois en Argentine je n'en ai encore jamais mange il m'invite evidemment a le suivre. Resultat, en deux temps trois mouvements je me retrouve chez Carlito (qui vit a San Martin), au milieu d'une trentaine d'invites, pour l'anniversaire du beau-fils. Nous sommes tous dans le large jardin, la chaleur est etouffante, mais lorsqu'on est assis a l'ombre a siroter un vin de la region agremente de quelques glacons, tout va tout de suite mieux! 

Pollo al disco con cidra - Mendoza  Domingo en la casa de Carlito - Mendoza

J'etais cense m'esquiver dans l'apres-midi pour entamer le stop vers la frontiere chilienne. Seulement, je commence a etre habitue aux changements de plan et c'est evidemment ce qui s'est passe. La compagnie de tous ces gens, dont la plupart travaille dans la bodega d'a cote, est tres agreable. J'apprends des choses sur le processus d'elaboration du vin et sur les conditions de travail dans les bodegas argentines. Mars est la pleine saison et le travail est continu jusqu'en mai a raison de tours de 12h par jour. Pas facile! La presence d'un francais globe-trotter a la tablee fait aussi des emules et l'ambiance est bon enfant. Avec Luis, nous sommes les derniers a partir. Il est pres de minuit et nous devons dormir dans le camion pour etre a l'heure pour charger le lendemain. 

Apres une chaude nuit dans le camion, je me retrouve a petit-dejeuner avec les mecaniciens de l'entreprise de fret de Luis avant d'etre finalement depose sur la route de la frontiere chilienne par Manuel, un collegue de Luis. J'ai une vue superbe sur la cordillere des Andes avec en premier plan de verts champs de vignes attendant impatiemment les vendanges. Quelques rides successifs et j'arrive enfin a Las Cuevas vers 21h. Las Cuevas est la partie argentine de la frontiere et se trouve a 3200m d'altitude, juste au pied de l'Aconcagua, la plus haute montagne des Andes qui culmine a pres de 7000 m. Il fait un peu frais par ici et je me refugie dans un abri de l'epoque de l'independance argentine. Servant autrefois de refuge aux messagers traversant les Andes, ce soir la il permet a un nouveau voyageur de dormir au chaud.

Cordillera desde Mendoza  Abrigo en la cordillera - Las Cuevas  Caminando hasta la frontera chilena en Los Andes

Reveil a l'aube pour un extraordinaire lever de soleil sur la montagne. Marche rafraichissante de quelques kilometres pour joindre la partie chilienne de la frontiere. Et facile negociation avec un routier nomme Alex qui m'emmene jusqu'a Los Andes, au pied de la montagne. Mon dernier ride jusqu'a Valparaiso s'effectue a bord de la Hyundai d'Alejandro, entrepreneur avise qui me decrit avec passion son pays. C'est drole comme chaque nouvelle entree dans un pays me voit me confronter a LA personne qui connait par coeur son pays et qui n'attend qu'une chose: partager cette connaissance!

J'ai laisse derriere mois l'Argentine pour la derniere fois crois-je a cet instant... Il s'agit de mon treizieme passage de frontiere dans ce pays (entrees et sorties) en environ six mois. Je vais surement devoir changer de passeport dans peu de temps a cause de ca... Je viens de passer d'un ocean a un autre en quatre jours et me trouve maintenant au bord du Pacifique ou le temps est bien plus doux qu'a Buenos Aires. A Valparaiso je dois revoir mon ami Istok avant de foncer vers Puerto Montt pour ma lubie maritime.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site