Visitando algunos amigos del camino: Alejandro en Cordoba

Si cela ne tenait qu’a moi (bon, apres tout cela ne tient QUE a moi) je piquerais directement vers le sud du pays et la Patagonie, mais il se trouve que j’ai rencontré quelques personnes sur mon parcours que je souhaite revoir et je m’organise donc une petite session “visites” qui durera le temps d’une boucle de Buenos Aires a San Raphael.

Ma premiere destination est Cordoba, la troisieme ville du pays. Malgre la periode Menem, le president qui ruina l’Argentine dans les annees 90, et ses nombreux abandons de diverses industries, Cordoba est un des piliers de l’economie nationale et un centre universitaire d’importance. Alors qu’Eduardo, qui se rend a Pilar ce jour la, me laisse a 50 km de Buenos Aires sur la ruta 9, je ne perds pas de temps et trouve rapidement un camion pour m’emmener jusqu'à Devoto, a 200 km de Cordoba. Lourdement charge, le camion n’arrive pas avant minuit a Devoto. Miguel me propose alors de dormir dans son camion jusqu’au lendemain tandis que lui se repose quelques heures a son domicile. Au matin, j’ai droit a un petit dejeuner copieux et une visite de la ville avant d’entamer le stop. Je ne tarde pas a me faire embarquer par Mario dans son Kangoo (cocorico !) avec qui je discute politique interieure. Ancien directeur de redaction et journaliste pour un journal argentin, ce dernier s’est lasse du peu de liberte accorde aux gens de sa profession. Aujourd’hui il vend du vin entre Santa Fe et Cordoba. Il me depose a Arroyito ou je fais la rencontre de Dario. Electricien pour Ancor, le plus grand producteur national de produits alimentaires, Dario a decide de suivre une formation d’ingenieur en parrallele afin de grimper dans la hierarchie. Il se rend justement a Cordoba pour suivre quelques cours et m’embarque avec lui. Je suis en debut d’apres-midi en centre-ville.

Je retrouve alors Alejandro que j’avais rencontre a Resistencia avant de passer au Paraguay. Nous passons notre premiere soiree de retrouvailles a discuter en sirotant du mate. Le lendemain, ce dernier me promene dans la sierra cordobesa. Nous nous arretons visiter un observatoire, qui sont legion dans cette partie du globe, et passons ensuite par le lac San Roque et la ville de Carlos Paz, veritable refuge des habitants de Cordoba lors des week-ends et vacances d’ete. La journee se termine dans un « boliche » (discotheque argentine) ou malheureusement on ne passe pas de quartetto (musique traditionnelle de Cordoba) mais ou heureusement les jolies argentines sont venues en nombre !

observatorio sierra cordobesa  observatorio sierra cordobesa

Dimanche tranquille le jour suivant, a recuperer de la nuit precedente grace a l’appui d’un copieux « asado » (barbecue) et d’un bon vin en compagnie d’un couple d’amis d’Ale. Alors que nous visionnons « Carnets de voyage » ce soir la, je medite sur le destin du Che dont les peregrinations en Amerique du Sud lors de sa jeunesse ont laisse en lui une empreinte indelebile. En sera-t-il de meme avec moi ? Nous sommes lundi, Ale doit aller travailler et m’invite a le suivre pour en savoir plus sur son metier d’ingenieur civil. Je passe la journee avec lui a suivre un chantier de mise en place d’une antenne radio. Tres instructif. Finalement, la journee s’acheve par une defaite de la France contre l’Argentine au billard dans un bar du centre.

los ingenieros "pallasos" civiles, Ale a la izquierda - Cordoba  obreros trabajando el hormigon

Lorsque je le quitte le lendemain, Alejandro me legue son mate et une version en espagnol de « Jonathan Livingston seagull ». Je vais finalement enfin lire ce classique de Richard Bach qui porte mon nom.

“He boludo, ya sabes que la pase muy bien en Cordoba con vos! Intenta aprender un poco de francés y después te ensenare las puteadas que te hacen falta! Nos quedamos en contacto, un abrazo!”

Commentaires (2)

1. Alejandro 04/10/2010

Jonathan,
un placer haberte conocido, espero la hayas pasado bien en Córdoba
¡Exitos y buen viaje!

2. Alejandro 04/10/2010

Che! me olvidé, y para que no te deprimas, después de que te dí una buena paliza en el ajedréz y el pool (billar en tu caso); te comento que Manu Chao es francés!!
asi que ésa la ganaste.

P.D.: Payaso se escribe con "y" y no con "ll"

PAYASO! Ja!

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site