Visitando algunos amigos del camino: Maca y Ricardo en San Raphael

Je quitte Mendoza en debut de matinee sous un ciel gris qui me fait craindre de nouvelles giboulees. Point de giboulees finalement mais une pluie fine qui fait sans doute du bien a la terre aride de la region. Marche forcee le long de l’autoroute jusqu’a finalement trouve un camion arrete par la pólice qui peut m’embarquer. Il ne m’emmene qu’a 30 km de la mais a au moins le merite de me faire quitter la ville. J’arrive ensuite a me faire prendre par Guillermo qui rentre directement a San Raphael apres avoir effectue ses releves dans le coin. Parfait, je suis a 16h a San Raphael et a 18h me voila chez Maca et Ricardo.

Maca et Ricardo sont un couple de (semi)retraites que j’avais croise entre Cachi et Cafayate lors de mon exploration du nord ouest du pays alors que je faisais du stop. Lors de mon arrivee tout le monde s’active pour la preparation de la communion d’un des petits-enfants de Maca et Ricardo. Pour situer le contexte, la famille est nombreuse, il y a toujours beaucoup de mouvements et de va-et-vient dans la maison des grands-parents, ces derniers sont de fervents croyants et s’impliquent beaucoup dans le fonctionnement des institutions catholiques de San Raphael. De leur 5 enfants, 3 filles et 2 garcons, seul 1 n’a pas repondu a l’appel du seigneur et se contente d’etre un fervent pratiquant. Les autres sont soit none soit pretre. Du coup, ma visite a ete place sous le signe de la religion bien que ce ne fut pas mon idee premiere. La chose interessante est qu’il est neanmoins aise de discuter avec tout ce petit monde qui ne se ferme pas d’emblee a mes idees paiennes. Donc, on a evidemment parle theologie, metaphysique et politique mais aussi histoire (Ricardo en sait bien plus que moi sur l’histoire de France et m’a rapidement renvoye a mes manuels scolaires !), cuisine, environnement, etc.

Le premier jour a été dedie a la preparation du buffet pour la premiere communion d’un des petits-enfants. J’ai notamment pu apprendre a faire les « empanadas saltenas » grace a Bebi, la sœur de Maca et quelques patisseries grace a Magda, une des « sœurs sorcieres » comme elles se nomment parfois elles-meme. Apres une humble ceremonie, nous avons partage le repas tous ensemble et passe un excellent moment. Le lendemain, je suis parti en vadrouille avec les 3 sœurs qui m’ont montre ce que faisait leur congregation pour les enfants desherites de San Rafael ainsi que pour les handicapes. Si certaines personnes sont interessees par un volontariat dans leur centre pour jeunes, voici le lien de la congregation : www.servidoras.org et c.giannaberettamolla@servidoras.org

Ricardo y Maca con el nieto -  San Raphael  Despues de la comunion y antes de comer! - San Raphael

Apres ca, j’ai quand meme fait un peu de tourisme et je suis alle me ballader du cote du barrage de Valle Grande et je suis revenu a San Raphael en stop par la vallee du meme nom. Comme quoi meme en transit le stop ne me quitte pas ! L’environnement autour de San Raphael est  du meme type qu’a Mendoza ou San Juan et l’aridite est de mise. Seule la creation de plusieurs retenues d’eau a permis de domestiquer le desert grace a l’irrigation. De manière anecdotique, cela a egalement deregle le climat et cree l’apparition de giboulees parfois dantesques. 

Frente al embalse del vallee grande - San Raphael  Embalse valle grande - San Raphael

Enfin, le troisieme jour m’a permis de visiter l’atelier de Bebi, une artiste qui travaille la ceramique comme pas un, de faire la connaissance de Jean Paul, un francais venu s’installer dans la region il y a 30 ans, et d’enseigner la methode pour faire les crepes a mes hotes (et oui, encore cet inevitable tradition que j’ai de faire des crepes dans tous les coins du monde). La rencontre avec Jean Paul fut particulierement interessante et instructive. Voyant que je m’interesse a l’histoire politique du pays, ce dernier me dit alors quelque chose qui m’a marque : « N’essaye pas de comprendre la politique en Argentine, c’est trop complique !» Etant donne qu’etant la depuis 30 ans et en sachant deja un rayon sur la question, j’imagine qu’il me dit ca en connaissance de cause ! D’apres le peu que j’en sais a ce jour, l’histoire politique de l’Argentine a de nombreux denominateurs communs avec ses voisins sud-americains : coups d’etat, corruption, appariton recente de la democratie, presence actuelle ou passee de forces rebelles (qui luttent ou pas pour le peuple, a voir), tendance a la soumission au systeme occidental, vente des ressources du pays au plus offrant (ou meme pas toujours au plus offrant), endettement programme, dictatures, espoir incarne par quelques leaders « sains » rapidement reduits a l’etat de viande froide… bref, que du bonheur ! Aujourd’hui, l’apparition de la gauche a la tete du pays est loin d’apporter des changements fondamentaux mais est au moins un gage de stabilite et de quelques avancees sociales. Malgre ca, l'Argentine est sans doute le plus europeanise des pays latins.

Jean Paul y Norma - San Raphael  Hermana Magda haciendo crepes - San Raphael

Enfin, le dernier jour, Bebi m’entraine dans un seminaire ou etudie son fils pour etre lui aussi pretre et ce dernier me fait la visite et me conte la vie de futur missionnaire. Ca ressemble a un camp de vacances finalement : etudes, jeux, quelques œuvres caritatives realisees a l’exterieur, vie en communaute, etc. La seule differnec est le type d’etudes : philosophie et theologie et basta ! Ensuite les petits gars ont pour devoir d’aller evangeliser aux quatre coins du monde et d’enseigner la vie selon les commandements de Dieu. Alleluia !

Ricardo, pere et fils, me depose finalement a la sortie de la ville en milieu de journee et j’entame le stop en direction du sud, de la Patagonie qui me tend les bras.

« Muchas gracias para haberme tratado tan bien todos ! Fue un placer encontrarles y espero que el placer fue compartido. Parece que hasta ahora la Virgen me sigue protectando Maca ! »

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site