Popayan

Apres une heure de marche qui me permet de couvrir les 5 kilometres jusqu'à la deviation pour Popayan, je sors mon precieux cahier, synonyme d’autostop. Une petite demi-heure plus tard, je me trouve dans une voiture qui s’engage sur la piste entre Isnos et Coconuco. Seulement 100 bornes a couvrir mais tout de meme 4 heures de voyage vu l’etat de la route. Nous traversons le parc national Purace, aussi sublime que dangereux car domaine privilegie des FARC il y a encore peu. Cette fois nous ne croisons que des militaires…

Antes de Isnos - San Augustin 

Une fois a Coconuco, un village entierement indigene du Cauca ou se trouvent de touristiques bains thermaux, nous arrivons rapidement a Popayan, capitale de la region. Je suis recu sur place par Karol et Gabelo, un couple adorable de jeunes artistes/humanistes, chez qui je renoue avec le Couchsurfing. Les deux vivent en centre ville dans un immeuble ou ils cohabitent avec d’autres jeunes aussi sympathiques qu’eux. Je passe donc la soiree avec tout ce petit monde et decouvre les parcours de chacun.

Angela, Gabelo, yo y Carlos - popayan  Karol y Gabelo - Popayan

Je passe ensuite deux jours a visiter la ville en compagnie de mes hotes (le centre d’aspect colonial est joli et tranquille et ne manque pas de sublimes eglises) et a partager d’agreables moments avec la petite communaute de leur immeuble (notamment une discussion collective animee apres un debat televise pour les elections presidentielles de mai prochain et une seance de cuisine francaise peu probante).

Que harriamos sin la religion? - Popayan  Basilica de la plaza central - Popayan  Cocina (casi) francesa - Popayan

Je suis bien triste de les quitter le matin du troisieme jour alors que je me dirige ineluctablement vers l’Equateur.

"Muchas gracias chicos ! Aproveche mucho mi tiempo con ustedes y nos quedamos en contacto para que vayan en Francia un dia!"

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site