Primera visita en el Choco

Arrive fn janvier, debut fevrier a Bogota, je dispose d'une dizaine de jours pour me familiariser avec la capitale, ses habitants, mes nouveaux colocataires et mon travail de volontaire pour le CINEP (qui travaille a "l'etablissement d'une societe plus humaine et equitable en promouvant le developpement humain integral et soutenable") sous le couvert de l'Ecole de la Paix (le lien renvoie vers un resume de la nature de l'association et un condense simplifie de la situation dans le Choco ces dernieres annees). J'integre donc "l'equipe Choco" pour 2 mois 1/2 environ dans le but d'approfondir la thematique environnementale (diagnostic et etat des lieux de la situation sur des problemes telles que l'exploitation du bois, la culture de palme, la gestion des dechets et des energies, etc.) dans les communautes noires du Choco, theme jusqu'alors peu aborde (et pour cause etant donne la severite du conflit arme qui laisse peu de place aux problemes "secondaires").

Debut fevrier nous quittons Bogota pour une visite de quinze jours dans le Choco. Je vais donc pouvoir aller me rendre compte sur place de la situation reelle alors que jusqu'a maintenant je ne me contentais des reportages, souvent superficiels et bacles, prodigues par la presse colombienne en grande partie sous le joug uribiste.

Mapa Colombia con el Choco al norte-oeste, cerca de Panama

Nous atterrissons a Apartado apres deux courts vols Bogota-Medellin et Medellin-Apartado (j'etais oblige, c'etait pour le boulot...) ou nous passons la nuit. Le lendemain, nous empruntons une piste defoncee a bord d'un 4x4 pour rejoindre Rio Sucio, une des plus importante communaute du Bajo Atrato au nord-est du Choco. Mes collegues me precisent que la "piste defoncee" en question est dans le meilleur etat qu'ils lui ont jamais connu, ceci du a la forte secheresse qui s'abat sur la region en raison du phenomene El Nino.

Cerca de Apartado - Vista sobre las plantaciones de bananos  Cerca de Medellin - Vista desde el avion  Bajira - Camino a Rio Sucio

Apres avoir passe plusieurs barrages militaires, nous arrivons a Rio Sucio poursuivi par les gamins du village qui s'accrochent par grappes entieres au vehicule. En sortant de la voiture je suis frappe de plein fouet par la chaleur ambiante. Le village se presente sous la forme d'un amas de bicoques en bois assemblees de bric et de broc et tenant debout par je ne sais quels phenomenes miraculeux. La plupart sont baties sur pilotis car le village est inonde la moitie de l'annee. Aujourd'hui, seule regne la poussiere de la terre rendue aride par ce soleil de plomb qui dure depuis decembre! A noter que les ponts reliant certaines baraques feraient palir d'effroi Indiana Jones lui-meme malgre son experience dans la traversee de ce genre d'obstacles...

Rio Sucio - Calle  Rio Sucio - Vista sobre el rio Atrato  Rio Sucio - Entre las casas

Je resterai ainsi une dizaine de jours a Rio Sucio, me familiarisant avec la culture afrocolombienne et l'etrange ecoulement du temps ici qui n'a rien a voir avec le notre. Etant par nature impatient, j'ai du mal a accepter cet forme de relachement generalise et d'organisation au jour le jour. J'aurais egalement l'occasion d'aller visiter une petite communaute bananiere situee a 3h en aval de Rio Sucio qui fait figure de metropole a cote. A force d'entretiens menes avec quelques acteurs locaux, je me forge une opinion sur la situation generale environnementale. Outre les problemes de la culture de palme et d'exploitation de minerais precieux, aussi bien generateurs de conflits que de problemes environnementaux graves, l'exploitation du bois s'avere un facteur de deforestation important mais aussi de pollution de la terre et des courants d'eau. L'agriculture et l'elevage extensif bases sur le modele du latifundisme sont un desastre et les petites exploitations sont minoritaires. Enfin, la gestion des dechets est tout simplement inexistante et le rio Atrato fait office de decharge a ciel ouvert.

Outre les organisations afrocolombiennes, metis et indigenes qui sont basees a Rio Sucio, et qui se trouvent etre nos principaux interlocuteurs, on trouve de nombreuses organisations internationales reputees (OXFAM, Medecins sans frontieres, etc.) qui suivent le conflit depuis plusieurs annees, une importante presence militaire et on devine la presence insidieuse des paramilitaires dans les moindres rouages du fonctionnement des institutions et commerces. Je rencontre cependant de nombreuses personnes durant ce sejour, dont la plupart ont des qualites humaines remarquables et j'apprends beaucoup a leur contact.

Rio Sucio - Militares en el atardecer   Rio Sucio - Jugos entre amigos  Rio Sucio - Ninos en la calle

Apres cette premiere breve rencontre avec le Choco et ses habitants, nous retournons a Apartado puis a Bogota ou nous attend a nouveau la fraicheur des hauts plateaux.

Commentaires (3)

1. Popo 15/03/2010

Hééé
Tu donnes jamais de nouvelles tete de truffe!!!!
Big up!!!
Te gusta Colombia?
Commo se passa le sejour chez les humanitaires?
I hope everything and eveyday are good for you!!!
Auf wiedersehen!!!!

2. madeleine 24/03/2010

enfin des nouvelles...!bises

3. Mafix 24/03/2010

Ouf... j'ai eu un ti moment d'inquiétude car j'ai vu que le dernier post date de 1 mois mais heureusement, tu as mis une remarque sur la première page.

Tu es sur que tu ne t'es pas arrêté dans cette ville pour les amérindiennes ? coquin

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×