GUATEMALA

Antigua Guatemala

J'arrive a Antigua en fin d'apres-midi. Je n'ai pas reussi a trouver de Couchsurfer disponible et je dois donc me refugier dans une "posada". Le but principal de ma presence dans cette ville est la visite du volcan Pacaya, le plus actif du pays. A savoir que le Guatemala compte 32 volcans dont 3 actifs et que ceux-ci ne marquent que le debut de la longue chaine volcanique qui court dans toute l'Amerique Centrale, le long du Pacifique.

Le lendemain de mon arrivee, je me joins donc a un tour pour le volcan. Dans la matinee j'ai le temps de parcourir la ville et d'apprecier la vue sur les volcans alentour : volcan de Agua au sud et Acatenango et de Fuego a l'ouest. La ville est par ailleurs un vrai bijou architectural! Anciennement capitale du pays, Antigua Guatemala a ete detruite et reconstruite plusieurs fois suite a des tremblements de terre et on peut observer dans differents endroits de la ville des restes des constructions d'antan, notamment d'eglises. Dommage que la ville soit si touristique...

Antigua - vista sobre la ciudad  Antigua - Una de las antiguas iglesias  Antigua - Parque central y volcan de Agua

En debut d'apres-midi, je me joins donc a un groupe heterogene d'une douzaine d'europeens, d'americains ou encore de japonais. Nous avons besoin d'environ 1h30 pour atteiendre les pentes du volcan, bien trop encombrees a mon gout. Heureusement notre guide est efficace et nous arrivons les premiers au sommet. nous ne pouvons pousser jusqu'au cratere a cause de la chaleur...mais aussi pour des raisons de securite bien que cela ne semble pas etre le cadet des soucis des guatemalteques! Je m'en rends compte rapidement lorsque notre guide nous mene jusqu'a une coulee de lave que nous pouvons approcher sans craindre les foudres d'une quelconque autorite. Totalement impensable en France ou des normes de securite severes seraient surement en vigueur! Dans tous les cas le spectacle est inoubliable! L'atmosphere dramatique du site est incroyable ; le volcan est entoure de brume et nous progressons sur d'anciennes coulees de laves cachant partiellement l'activite volcanique sous nos pieds, la chaleur est parfois intenable et nous concourrons pour savoir qui osera s'aventurer au plus pres de la lave!

Pacaya - el grupo encima del volcan  Pacaya - turista y lava  Pacaya - cascada de lava

Apres une quinzaine de minutes arrive les autres groupes et un francais present alors s'exclame : "c'est encore plus peuplee que la salle des pas perdus dans la gare de Lyon!" Je ne lui donne pas tort. La nuit approche, il est temps de redescendre. Je fais la connaissance de Piotr dans la descente, venu tout droit de Pologne et parlant un francais presque parfait. Nous n'arrivons a Antigua que vers 21h et je ne tarde pas a m'endormir harasse par cette journee bien remplie.

Le but principal de la journee du lendemain est d'appeler ma famille pour la premiere fois depuis le debut de mon voyage pour leur souhaiter un joyeux Noel. C'est la que je dis merci a internet et a Skype qui me permettent de realiser l'operation en quelques clics. Je dois egalement dire, pour etre franc, que bien que j'adore la cuisine latino j'aurais bien participe au repas de famille seulement pour avoir le plaisir de me baffrer de foie gras, de saumon fumee ou encore de fromage tout en buvant un excellent vin et en mangeant un bon pain de campagne!

En fin d'apres-midi je dois rejoindre un groupe de Couchsurfers au nord de la ville pour celebrer la "Navidad" mais je me perds en chemin et je tombe sur un joyeux groupe compose de Hugo, Frey, un guatemalteque ancien eleve de la Nasa, et Julio, ancien defenseur de l'equipe nationale de football du Guatemala. Deja bien imbibes, ces derniers m'offrent une, puis deux, puis cinq bieres avant de me mener chez Frey qui a fait construire un hotel ici grace a son argent amasse aux Etats-Unis. Je passe un trees bon moment avec eux mais me suis malheureusement engage pour autre chose et dois donc les quitter vers 21h. Je me rends alors chez Pampa, un local, qui recoit plusieurs Couchsurfers de differents pays ce soir la. Je passe donc a l'anglais le temps de la soiree. Nous sortons egalement assister au feux d'artifices a minuit, tradition seculaire qui veut que chacun ait ses propres feux et s'en serve de facon totalement inconsciente en pleine rue. Imaginez le bruit et le chaos dans les rues de votre ville si tout le monde sortait pour allumer son propre feux d'articice au meme moment. Et bien voila, vous avez un bon apercu de ce que j'ai vecu ce soir la!

"Gracias a todos para esta Navidad poco habitual y espero que el nuevo ano va a ser tan interesante!"

Je dors sur le carrelage du salon chez Pampa et je ne perds pas de temps le lendemain pour entamer le stop vers le Salvador. J'assiste d'ailleurs au reveil du volcan Acatenango et me felicite de m'etre leve bien tot en ce 25 decembre.

Antigua - Hugo, Fey y Julio   Antigua - Acatenago despetandose

Hasta Antigua Guatemala

Apres avoir passe cinq jours dans l'eco-aldea de David, je quitte ce dernier a l'aube du sixieme jour. Je bourlingue entre San Pedro et Santiago ou je passe mon temps a manger des patisseries, mettre a jour mon site, me ballader et autres banalites inutiles a decrire. Je devais cependant rencontrer  Diego, un local de santiago, a qui j'avais promis des cours de francais, mais nous ne nous sommes jamais trouves et j'ai finalement passe ma derniere nuit pres du lac Atitlan dans un hotel de Santiago. Seul et oublie de tous, snif!

Le lendemain, je me decide a passer par la Ciudad de Guatemala, la capitale, pour regulariser ma situation dans le pays. Petit rappel, j'ai traverse la frontiere dans un coin totalement perdu et courtise par les narcotraficants donc on imagine bien que je n'ai subi aucun controle douanier! Pour ca, je prends un bus a Santiago qui me mene apres 3h de voyage aux abords de la capitale. Voyage folklorique durant lequel j'ai droit a diverses distractions dont le bruyant sermon d'un precheur nous expliquant les bienfaits de la religion catholique pour le salut de nos ames pecheresses!

Je ne reste que 2h dans cette ville surpeuplee et congestionnee, le temps de passer au service d'immigration et de me prendre une double amende pour, je cite : "evasion del control migratorio" et "ingresar por lugares no autorisados". Heureusement que je ne leur parle pas de mon interim dans la contrebande de tonneaux d'essence...Evidemment, je ne garde pas un bon souvenir de mon passage a Ciudad de Guatemala et ne perds pas de temps pour prendre un bus qui me mene tout droit a Antigua Guatemala, a une trentaine de minutes de la.

Cinco dias en una eco-aldea

Je rencontre David a San Pedro au moment de prendre le bteau et nous nous rendons ensemble a son centre. La-bas, je fais la connaissance d'Antonio, le proprietaire du centre, et de sa famille. Sa femme est d'origine indigene et ses enfants ont donc la culture gringo et indigene. Un mix sympathique!

Je compte alors rester quelques jours afin d'aider David a monter son projet et notamment a preparer les evenement de fin d'annee prevus dans son centre. Je vous invite a visiter la page que j'ai rediger sur cet eco-village et qui se trouve sur l'onglet visites de Promethee (on y trouve des photos du site).

Durant les cinq jours que je passe sur place j'ai le temps de me familiariser avec les differents edifices et les facilites asservissant ces derniers. David m'expose ses projets pour le centre qui se veut evidemment respectueux de l'environnement mais egalement tourne vers une certaine conception de la vie en communaute et du bien-etre corporel et spirituel. Un beau programme en somme! Sur le papier du moins car tout est loin d'etre encore au point... Neanmoins, l'idee m'a seduite au Mexique et c'est pourquoi, en tant qu'insatiable curieux, je suis venu voir ce qu'il en etait en realite et proposer mon aide afin de participer au projet.

Malheureusement, la pluie, tres presente et tres forte, ainsi que le manque d'organisation, ne me permettent pas d'aider autant que je l'aurais souhaite et biaise surement ma vision du projet. Neanmoins, ce fut une bonne experience et je suis content d'avoir vu comment un tel projet peut s'articuler.

Nuevo Mundo - Mi amigo David tomando un bano de agua calentada por el sol! Nuevo Mundo - Yo, cavando un hoyo para los banos ecologicos

 

Coban a San Juan La Laguna por Sacapulas

Je quitte Coban apres une bonne nuit de repos et decide de zapper completement les nombreuses activites touristiques offertes par l'endroit, notamment Semuc Champey dont tout le monde me parle et c'est probablement pour ca que je n'y vais pas...

Je sors de la ville en minibus, assez spacieux pour une fois puisque personne ne se retrouve sur le toit... J'abandonne a nouveau l'asphalte a San Cristobal pour explorer les chemins de terre de la Sierra de los Cuchumatanas. Malheureusement, mon estomac ne me laisse pas tranquille depuis que j'ai quitte Coban et le voyage ressemble plus a un chemin de croix qu'a autre chose, ce qui m'empeche de profiter du paysage et des personnes que je rencontre sur la route. A Chicaman, je decide finalement de m'arreter et de prendre une chambre d'hotel ou je me gave de medocs tout en alternant entre les toilettes et mon lit ou je demeure cache sous la couette tout l'apres-midi. Depuis le temps qu'on me demandait : "Alors, toujours pas malade?", je pourrai enfin repondre par l'affirmative au grand soulagement de mon interlocuteur.

Je me leve en meilleure forme le lendemain meme si ce n'est pas encore ca. J'enchaine les rides en bonne compagnie, en particulier Carlos, un mediateur de conflits territoriaux des communautes alentour et Miguel, un etudiant en droit de l'universite autonome de Guatemala, jusqu'a arriver a Panajachel, au bord du lac Atitlan. A nouveau la route est superbe mais la vegetation est bien plus seche et bien plus montagneuse qu'a l'est.

Hasta Chicaman, en las Cuchumatanes

Une fois a Panajachel, j'abandonne le stop et prends le bateau pour San Pedro. Le lac est environne de volcans endormis et l'atmosphere est tout simplement somptueuse. Dans le bateau je rencontre Carlos, un riche proprietaire guatemalteque qui me propose de passer la nuit chez lui. Ca ne se refuse pas et je finis donc a San Juan dans sa maison. Maison? En fait, il s'agit plutot d'un hotel avec toutes les facilites que Carlos espere vendre prochainement. La vue sur le lac est naturellement magnifique et Carlos s'avere un hote exalte. Le lendemain, je quitte Carlos et visite San Juan et San Pedro. En fin de journee je dois rencontrer David, un ami connu au Mexique et qui monte un projet d'eco-village au bord du lac, pres de Santiago.

San Pedro La Laguna - Vista sobre la ciudad San Juan La Laguna - Vista sobre la ciudad Lago Atitlan - La casa de Carlos oscultada por la jungla en el jardin 

Lago Atitlan - Vista desde la casa de Carlos, atardecer

Flores a Coban por Rio Dulce

Ma derniere soiree a Flores s'est deroulee dans une ambiance bonne enfant avec mes compagnons de route d'El Mirador. Puis, fourbus, nous avons apprecie une bonne nuit dans un lit douillet avant de partir chacun de notre cote le lendemain matin.

Pour ma part, je me rends a Rio Dulce, en stop evidemment, et j'arrive avant mes deux compagnons danois qui ont pris le bus depuis Flores! Je fais le trajet en fond de camionette avec un jeune gars du Honduras. Ce dernier a travaille quelques mois au Guatemala esperant que la situation serait plus facile que dans son pays, sans grand resultat apparemment... Je ne reste pas a Rio Dulce qui ne me semble etre qu'un point de passage avant la frontiere du Honduras et lles plages paradisiaques de la cote caribeenne. Je m'enfonce alors dans les terres, sur des routes improbables ou l'asphalte laisse la place aux pistes poussiereuses et cahotees. Apres quelques temps, j'arrive au "Paraiso", un hotel perdu au bord du lac Izabal ou je passe la nuit. Je dors sur la plage ou j'ai vite fait d'etendre mon hamac. Sur place, je rencontre un groupe de familles venant de la capitale qui m'invite a partager son repas. Je suis le seul touriste etranger et j'intrigue certaines personnes attablees a mes cotes.

Le matin, j'ai le plaisir d'assister a un des plus beaux levers de soleil de toute ma vie! Jouant a cache-cache derriere les nuages et les montagnes, le soleil n'offre qu'une infime partie de ses rayons qui se refletent sur le lac. Une merveille!

El Paraiso - Hamaca, playa y atardecer El Paraiso - Almanecer sobre el lago Izabal El Paraiso - Almanecer sobre el lago Izabal

Je me lance ensuite dans une longue journee de stop qui debute a 10h pour ne s'achever que vers 19h. J'avale tellement de poussiere a force de finir dans des coffres de camionettes que j'en saute le repas du midi! Je fais des rencontres interessantes sur le chemin, notamment Luis, un conducteur de taxi qui m'invite a boire un jus de canne chez sa mere, ou encore un groupe de gamins a La Tinta dont le plus audacieux reussi a obtenir mon accord pour me cirer les chaussures (que je salis naturellemnt 5 minutes plus tard),  ou enfin un groupe de travailleurs Quechi (un des peuples indigenes du coin) avec qui je partage le container d'un camion. La route menant de El Estor a Tactic est superbe! Naturellement riche du fait de l'abondance d'eau, la vegetation est luxuriante des plaines d'El Estor jusqu'aux montagnes de Tucuru. J'arrive a Tactic vers 18h, il est tard et il fait deja nuit noire, je decide de couvrir les derniers kilometres me separant de Coban en bus.

Hasta Tucuru Hasta Tucuru, reten a causa de las obras

 

Durant cette journee je me suis facilement rendu compte de la difference entre un endroit amplement visite et un endroit vierge de toute activite touristique. Le test est simple : si tous les enfants se retournent a votre vue, ouvrent de grands yeux et vous montrent du doigt, vous etes dans un coin non touristique. Ca marche aussi avec les adultes mais au lieu de vous monrer du doigt ils vont simplement echanger quelques mots avec leur voisin, rigoler un coup ne cessant jamais de vous fixer du regard.

Bref, je passe ma soiree a Coban dans l'hotel le plus miteux jamais visite a ce jour, ou je chope quelques puces qui me tracassent encore a ce jour et surement un bon coup de froid qui me pose quelques problemes le lendemain.

Flores y cinco dias en la jungla para ir al Mirador

Je passe ma premiere nuit a Flores a "Los Amigos", une auberge ou toute la jeunesse occidentale s'est donne rendez vous pour explorer le nord du Guatemala et rayonner ensuite sur le Belize, le Honduras et le Mexique. Tres facile de se faire de nouveaux amis, et je ne me refere pas seulement au nom de l'hotel, et de partager ses aventures avec tout un chacun.

Le lendemain, je pars en excursion aux abords de l'ile et m'offre une splendide vue panoramique sur le lac et ses alentours. Je flane ensuite dans les petites rues de Flores et finis dans un cyber cafe. Retard accumule dans l'ecriture du blog et questionnements sur le deroulement de mon voyage au Guatemala me retiennent jusqu'en fin d'apres-midi. Je me decide finalement pour un tour de 5 jours dans la jungle du Peten, a la limite de la frontiere nord avec le Mexique, pour aller voir le site archeologique "El Mirador", le berceau de la civilisation Maya!

Flores - Vista sobre la ciudad  Flores - Calles

Le lendemain je me retrouve donc avec 6 joyeux comperes : un couple d'americains, un couple de danois, un espagnol (enfin basque puisqu'il se definit ainsi) et... un toulousain bien de chez nous. Tous jeunes, dynamiques et en bonne forme, ils semblent parfaitement aptes a accomplir ce voyage d'environ 80 kilometres aller-retour dans la Biosphere Maya. Je me lie facilement d'amitie avec chacun d'eux et remercie encore ma chance pour etre tombe dans un groupe aussi sympathique. Pour couronner le tout, notre guide Raul est egalement adorable, se revele un tres bon cuisinier et, le plus important, en connait un rayon sur la jungle et ses habitants et sur le site d'El Mirador.

El Mirador - Encima de la Danta con todos

Tout d'abord quelques mots sur le trajet et la Biosphere Maya. Nous commencons notre expedition dans le petit village de Carmelita, au nord du lac Peten Itza ou se trouve Flores. De la, on nous fournit la nourriture et l'eau pour 5 jours ainsi que les mules qui porteront les vivres... et notre guide puisque ce dernier a une patte folle depuis un accident de moto. Nous voila partis! Nous avons besoin de 2 jours pour atteindre le site, ou nous resterons une journee, puis 2 jours supplementaires pour revenir. Bien souvent, le chemin emprunte dans la jungle est celui utilise par les "chicleros", les ouvriers qui exploitent le "chicle", l'arbre a caoutchouc abondant dans cette partie de la foret. Nous campons d'ailleurs dans un camp de chicleros la premiere nuit. La seconde et la troisieme nuit se deroulent au camp archeologique d'El Mirador tandis que nous passons la quatrieme et derniere nuit dans un camp de Rangers perdu dans la foret ou l'unique garde forestier present nous apprend a faire des tortillas! Gracias Gilberto!

El Mirador - primera noche al campamiento de los chicleros  El Mirador - Caminando en la jungla  El Mirador - Las tortillas con Gilberto

De type sub-tropical, la foret est riche en faune et en flore. De jour, difficile d'apercevoir des animaux tels que serpents, jaguars ou encore tapirs mais ces derniers sont bien presents. Par contre, les singes ne se privent pas pour se montrer et defendre de temps a autre leur territoire face aux intrus que nous sommes. Les insectes sont eux omnipresents, des plus desagreables aux plus inoffensifs. J'apprends notamment a dire moustique, tique, araignee, fourmi, termite ou puce en espagnol! De nombreux arbres aux proprietes particulieres interessent egalement les deux ingenieurs forestiers qui se trouvent dans le groupe.

Maintenant, quelques mots sur le site en lui-meme. El Mirador se trouve etre un des nombreux sites archeologiques maya du nord du Guatemala. Il possede plusieurs particularites qui en font un endroit incontournable du pays. Tout d'abord, la cite s'avere etre le berceau de la civilisation maya dont les premiers vestiges datent de 2000 ans avant JC et les derniers de 250 ans apres JC. Ensuite, le site est environne d'une biosphere etonnante dont la preservation est vitale due a sa richesse et a sa rarete. Puis, de par sa taille gigantesque, notamment son edifice principal "La Danta" plus grande pyramide jamais construite en termes de volume, El Mirador ne peut qu'impressionner. Enfin, toujours en cours d'excavation, les ruines d'El Mirador different totalement des autres sites archeologiques ouverts aux touristes que j'ai pu observer. Recouvertes de terre, de pierres et de vegetation, les differentes ruines cachent des tresors enfouis qu'on decouvrent petit a petit grace au travail realise sur place par les archeologues et laissent une grande place a l'imagination afin de se representer ce gigantesque monument!

El Mirador - frisa maya  El Mirador - Observando un aqueduco maya  El Mirador - templo de la Muerta

J'ai donc fait un peu de sport ces 5 derniers jours en suant sang et eau (litteralement, a cause des moustiques et des tiques) dans un environnement riche en couleurs, j'ai enrichi ma pietre culture de la civilisation maya en visitant le site le plus important de leur histoire, j'ai encore ameliore mon espagnol et mon anglais qui commencent a etre bien au point, je me suis fait de bons amis et j'ai encore ameliore ma connaissance de pays tels que les Etats-Unis, le Danemark ou le Pays Basque, et j'ai pu observer de superbes levers et couchers de soleil sur cet incroyable ocean vert dont je n'oublierai jamais la beaute.

El Mirador - anochecer sobre la jungla desde el templo del tigre  El Mirador - amanecer desde Tintal

Me voila maintenat de retour a Flores ou je dois passer la nuit et boire un dernier verre avec mes compagnons de voyage avant de continuer ma route vers le sud du pays.

Benemerito a Flores

Bon, apres ma dure nuit a Benemerito il s'agit maintenat de traverser la frontiere. Surement l'endroit le moins touristique du Mexique je dois etre le seul blanc-bec a passer la frontiere a cet endroit. La veille, le gerant de l'hotel m'a dit que c'etait parfois un peu agite par ici a cause des narcotraficants qui affectionnent particulieremnt l'endroit, peu surveille et donc propice atoutes sortes d'echanges.

Je traverse la riviere a l'aide d'une "lancha" et me voila au Guatemala. Aussi simple que ca. Et evidemment ici pas de point de controle, je n'ai donc aucun tampon sur mon passeport. Ca me rappelle mon entree au Mexique... Il est 7h, j'ai rate de peu la camionetta de 6h30 s'en allant a Sayaxche, la ville la plus proche a 5h de la par des routes de terre. La prochaine est a midi.

Je prends un cafe dans LE batiment sur la rive guatemaltaise et dejeune avec, o surprise, de gentils narcotraficants qui se balladent pistolet a la ceinture et mitraillette sur le dos. Je rencontre ensuite Humberto qui m'indique que lui et trois de ses camarades doivent charger de l'essence achetee au Mexique a bas prix et ensuite prendre la route vers le nord. Bien, des contrebandiers a present. Bienvenido en Guatemala!

Bon, je mets ma conscience de cote et offre mes services pour charger les tonneaux d'essence dans les camions en echange d'un ride jusqu'a la route principale. Ca marche et me voici donc transformer en contrebandier pour l'espace de quelques heures. L'operation se deroule dans la bonne humeur et la presence d'un "frances" dans le coin fait fureur. A 11h nous pouvons partir et nous voila engages pour 5h de route sur d'etroits chemins de terre au milieu des champs de mais, de teks (servant a l'elaboration de biodiesel)... et de marijuana de temps a autre.

Benemerito - Camion de los contrabandistas  Benemerito - Cargando la gasolina 

Despues Benemerito - Hasta Flores

A 16h, nous debouchons enfin sur une route d'asphalte ou me laissent mes amis contrebandiers. Je souhaite me rendre a Flores, une centaine de kilometre plus au nord et commence donc le stop. Il me suffit d'une voiture et j'obtiens un ride dans le sempiternel coffre de camionette. Je suis a Flores vers 18h ou je me degotte une auberge de jeunesse "muy barata" en plein milieu de cette petite ile.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site