Flores a Coban por Rio Dulce

Ma derniere soiree a Flores s'est deroulee dans une ambiance bonne enfant avec mes compagnons de route d'El Mirador. Puis, fourbus, nous avons apprecie une bonne nuit dans un lit douillet avant de partir chacun de notre cote le lendemain matin.

Pour ma part, je me rends a Rio Dulce, en stop evidemment, et j'arrive avant mes deux compagnons danois qui ont pris le bus depuis Flores! Je fais le trajet en fond de camionette avec un jeune gars du Honduras. Ce dernier a travaille quelques mois au Guatemala esperant que la situation serait plus facile que dans son pays, sans grand resultat apparemment... Je ne reste pas a Rio Dulce qui ne me semble etre qu'un point de passage avant la frontiere du Honduras et lles plages paradisiaques de la cote caribeenne. Je m'enfonce alors dans les terres, sur des routes improbables ou l'asphalte laisse la place aux pistes poussiereuses et cahotees. Apres quelques temps, j'arrive au "Paraiso", un hotel perdu au bord du lac Izabal ou je passe la nuit. Je dors sur la plage ou j'ai vite fait d'etendre mon hamac. Sur place, je rencontre un groupe de familles venant de la capitale qui m'invite a partager son repas. Je suis le seul touriste etranger et j'intrigue certaines personnes attablees a mes cotes.

Le matin, j'ai le plaisir d'assister a un des plus beaux levers de soleil de toute ma vie! Jouant a cache-cache derriere les nuages et les montagnes, le soleil n'offre qu'une infime partie de ses rayons qui se refletent sur le lac. Une merveille!

El Paraiso - Hamaca, playa y atardecer El Paraiso - Almanecer sobre el lago Izabal El Paraiso - Almanecer sobre el lago Izabal

Je me lance ensuite dans une longue journee de stop qui debute a 10h pour ne s'achever que vers 19h. J'avale tellement de poussiere a force de finir dans des coffres de camionettes que j'en saute le repas du midi! Je fais des rencontres interessantes sur le chemin, notamment Luis, un conducteur de taxi qui m'invite a boire un jus de canne chez sa mere, ou encore un groupe de gamins a La Tinta dont le plus audacieux reussi a obtenir mon accord pour me cirer les chaussures (que je salis naturellemnt 5 minutes plus tard),  ou enfin un groupe de travailleurs Quechi (un des peuples indigenes du coin) avec qui je partage le container d'un camion. La route menant de El Estor a Tactic est superbe! Naturellement riche du fait de l'abondance d'eau, la vegetation est luxuriante des plaines d'El Estor jusqu'aux montagnes de Tucuru. J'arrive a Tactic vers 18h, il est tard et il fait deja nuit noire, je decide de couvrir les derniers kilometres me separant de Coban en bus.

Hasta Tucuru Hasta Tucuru, reten a causa de las obras

 

Durant cette journee je me suis facilement rendu compte de la difference entre un endroit amplement visite et un endroit vierge de toute activite touristique. Le test est simple : si tous les enfants se retournent a votre vue, ouvrent de grands yeux et vous montrent du doigt, vous etes dans un coin non touristique. Ca marche aussi avec les adultes mais au lieu de vous monrer du doigt ils vont simplement echanger quelques mots avec leur voisin, rigoler un coup ne cessant jamais de vous fixer du regard.

Bref, je passe ma soiree a Coban dans l'hotel le plus miteux jamais visite a ce jour, ou je chope quelques puces qui me tracassent encore a ce jour et surement un bon coup de froid qui me pose quelques problemes le lendemain.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site