Cajamarca

Je quitte difficilement Chiclayo en debut d'apres-midi. Nous sommes dimanche et jour de la fete des meres qui plus est! Apres avoir donc un peu tourne a la sortie de la ville, j'arrive a recruter un chauffeur pour m'emmener a la Ciudad de Dios (original...) un peu plus au sud le long de la cote. Je voyage donc avec Frederico et Ricardo, deux boutes-en-train qui n'arretent pas de me titiller pour savoir ce que je pense des peruviennes. Je reste poli bien que le canon de beaute au Perou soit bien eloigne de celui de la Colombie! Je suis debarque a la Ciudad de Dios et je marche jusqu'au peage a la sortie de la ville. De la, je me dirigerai a nouveau vers les montagnes. Pendant un peu plus d'une heure j'y poireaute en attente d'un vehicule. La moyenne est d'un vehicule toutes les 20 minutes, j'ai donc le temps de discuter avec les employes du peage et quelques curieux rassembles autour de moi. Finalement, j'abandonne le stop pour aujourd'hui et je plante la tente dans les environs, couve par les employes de la sous-station d'a cote et la police. J'ai droit a un superbe coucher de soleil sur les montagne avant de sombrer dans les bras de Morphee!

Montañas - Ciudad de dios Atardecer al peage - Ciudad de dios

Le lendemain, rebelote au peage. Ma chance se remet en marche puisque je suis rapidement pris en stop par une jolie jeune femme, son chauffeur et un de ses employes qui m'emmenent directement a Cajamarca. Nous discutons sans discontinuer pendant les 3h de trajet et j'apprends que ma bienfaitrice s'appelle Natali Sacco, Miss Perou 96! Natali, en plus d'etre jolie, est affable et particulierement sympathique. Une fois a Cajamarca, elle m'offre le petit-dejeuner et me donne des contacts a Trujillo ou elle vit. Quand je lui explique que j'ai l'intention de camper dans le coin, elle me met en contact avec Christian, un de ses amis proprietaire d'une fameuse hacienda de la region ou les vaches se font appeler par leur petit nom. Sur ce, je rencontre donc Christian qui m'alloue une chambre dans son hacienda completement deserte.

La Hacienda La Colpa y sus llamas - Cajamarca La Hacienda La Colpa y sus vacas - Cajamarca

Nous sommes deja en plein apres-midi et j'ai le temps de faire un tour dans "ma grande propriete" avant d'aller faire un tour en ville. Le centre aux rues etroites est agreable mais le traffic y est pesant. La place centrale est charmante avec ses eglises romanes et le marche colore (j'adore les stands ou courent les "cuis", ces mignons cochons d'inde qui generalement finissent a la broche). Avant le coucher de soleil, je visite egalement les ventanillas de Otusco, des niches funeraires creusees dans la roche plus de mille ans avant JC! Je rentre ensuite a la hacienda ou je suis accueilli par les veilleurs de nuit et leurs sympathiques chiens qui ne revent que d'une chose, me mordre les molets.

Iglesia San Francisco - Cajamarca Mercado - Cajamarca Ventanillas de Otusco - Cajamarca

Plaza central y catedral - Cajamarca

Le lendemain, je m'engage dans la montagne dans le but de joindre le site archeologique de Cumba Mayo. Je debute en marchant et finis par me faire prendre en stop alos que je n'avais rien demande. Deformation professionnelle... Le trajet jusqu'au site me fait passer par de petits hameaux ou l'agriculture et l'elevage sont les activites principales. Les indigenes du coin ont des chapeaux pointus qui m'arrachent un sourire chaque fois que je les vois. Ce qui me fait moins sourire est la pauvrete qui regne dans ces hameaux. D'autant plus que je suis beaucoup plus sollicite ici pour mettre la main a la poche, et pas seulement par les mendiants mais par tout le monde. Manifestement, le Perou est un des pays les plus pauvres que j'ai traverse...et probablement le plus touristique, cherchez l'erreur.

J'arrive donc a Cumbe Mayo, sans payer un sou et avant les cars de touristes (on sent la fierte qui emane de ces paroles, n'est-ce-pas?) et je commence a arpenter ces etranges amas rocheux a flanc de montagne. Le lieu est spectaculaire et possede un cote mystique certain. Un peuple ancien venait d'ailleurs realiser ici ses rituels et a laisser quelques traces de son passage. Autre chose remarquable, un canal d'un dizaine de kilometres, creuse a meme la roche et se dirigeant jusqu'a Cajamarca. Je me ballade donc seul dans ce decor et entame ma redescente a pied vers la ville. J'ai toujours l'impression d'etre seul dans ces montagnes mais l'impression est trompeuse. L'indigene est silencieux et discret et, en faisant un peu attention, on peut distinguer des chapeaux pointus depassant de-ci de-la des hautes herbes ou des champs de culture.

Vista sobre Cajamarca desde la montaña Cumbe Mayo - Cajamarca Cumbe Mayo - Cajamarca

Apres ma ballade, je passe l'apres-midi en ville, partage entre mes visites dans diverses patisseries (ah, gourmandise quand tu nous tient!) et dans les musees. J'y fais la connaissance de Alicia, une archeologue sympathique qui me montre sa collection de poteries pre-inca. Retour a la hacienda dans la soiree, une nouvelle fois sous une superbe voute nocturne parsemee de scintillantes etoiles.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×