Pisco y la reserva Paracas

Me voila donc a Pisco, a nouveau sur la cote peruvienne ou regne le beau temps et une douce chaleur, probablement appreciable quand on ne se trimballe pas un sac a dos surcharge... Bref, je passe rapidement par le centre ville encore en reconstruction apres le tremblement de terre de 2007 avant de me diriger vers le marche, source d'informations et de nourriture. Une fois mon ventre rassasie des typiques "ceviches" de la cote (salade de morceaux de poissons et de legumes assez relevee), je quitte Pisco et me dirige vers la reserve Paracas a quelques kilometres de la ville.

Edificio con mucho daños todavia en Pisco

La reserve est celebre pour son desert, ses cotes arides peuplees de`peliquans, de pingouins et de phoques (allez savoir ce qu'ils font la par cette chaleur!). Quelques jours avant j'avais lu que des tempetees de sable se manifestaient vers 15h precise dans la reserve. Il se trouve que j'arrive a l'entree de la reserve a 14h55... Bien joue Johnny! Ajoute a ca le fait que je coupe par le desert pour eviter de payer l'entree du parc et je me retrouve donc en pleine tempete avec seulement quelques gouttes d'eau dans ma gourde.

En pleno paraca! - Reserva Paracas  Reserva Paracas en la tormenta

Malgre le sable qui me picote la langue et m'arrache les yeux, j'apprecie ce paysage de dunes sur cette impressionnante peninsule ou le tourisme est tres peu developpe. Je deplore a ce moment la morte de mon appareil photo qui rend l'ame sous les coups de vent charges de sable. Donc peu de photos a vous offrir de ces superbes paysages. Apres une heure de lutte intensive dans la tempete, je me fais embarquer par un gentil señor qui m'emmene a la Lagunilla quelques kilometres plus loin. Ce dernier s'en va pecher en cette belle fin de journee. J'arrive donc au petit port niche a l'entree de la peninsule ou se melent carcasses de vieux bateaux echoues sur les dunes, vautours et pelicans en quete de quelques poissons abandonnes par les pecheurs et traces de jeep s'enfoncant dans l'inconnu de ce desert de sable.

Lagunilla - reserva Paracas  En borda del mar - reserva Paracas

Je me renseigne sur un endroit ou passer la nuit et je jette mon devolu sur la playa de la mina qui accueillait anciennement un mine de carbone. Le paysage est splendide et je passe la fin de la journee a apprecier le va et vient des vagues sur la plage et le changement de couleur du desert au fur et a mesure que descend le soleil dans le ciel. La suite est moins drole; je me fais reveiller en pleine nuit par un mouvement sur ma tete. Je me reveille en sursaut et me trouve nez a nez avec un gros rat! Apres quelques coups de lampe dans la tente, je trouve deux gros trous dans la toile et mon ananas, qui constitue mon seul et unique bien comestible, completement boulotte! Voila donc ce qui les a attire... Je suis oblige d'enterrer l'ananas en pleine nuit et de boucher les trous dans ma tente afin d'eviter une seconde visite inopportune.

Je me passe donc de petit dejeuner le lendemain et je suis bon pour une seance de couture afin de rafistoler ma tente. Je quitte la reserve en stop grace a des pecheurs retournant en ville et, apres avoir traverse Pisco a nouveau, je me rends rapidement a Ica qui se trouve a moins de 100 km. Je traverse alors de grandes etendues de desert que les peruviens tentent avec plus ou moins de succes de domestiquer. Au bord de la route je peux donc observer de verts champs de vignes, de paprika, de salades, etc. et de nombreux elevages de poulets dont le fumier sert a alimenter les pauvres sols du desert pour les cultures citees precedemment.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×