Towards Los Angeles : Monterey, San Luis Obispo

Je quitte Berkeley et je me rends a l'extremite sud de la ville pour reprendre le stop. Enfin, je retrouve mon bon vieux panneau Veleda et je recommence a jouer du pouce le long de la route! Ca me manquait. Cependant, pas facile de decoler de SF... J'attends 1h30 avant d'etre embarque par Amil, un israelien qui tente de se faire un peu d'argent ici avant d'aller vadrouiller en Amerique Centrale. Il ne me depose pas loin mais me propose de venir prendre un verre. Je me retrouve donc a discuter avec lui et son ami Tod et a partager quelques gateaux et un bon jus de mangue (j'ai du refuser la weed...). Je reprends finalement le stop, et apres quelques deboires avec la police et 5 bons rides (dont un francais tres sympathique et un ancien du Vietnam tres anime), je me retrouve en fin de journee a Monterrey.
J'avais prevu d'y etre le lendemain donc je me trouve un coin ou planter la tente en attendant le matin. Monterrey est une petite ville en bord de mer particulierement jolie. Autrefois mondialement connue pour etre la capitale internationale de la sardine, les attraits de la ville aujourd'hui sont plus focalises sur le tourisme. La cote au nord de Cannery Row en particulier est sublime. 

 

Le soir je dors chez Nancy, qui m'acceuille pour une nuit. Nancy est dans l'armee et est a Monterrey pour un an et demi afin d'apprendre l'arabe. Elle travaille beaucoup et nous n'avons que peu de temps pour parler, meme si celle-ci se revele une hotesse de qualite.
Tot le lendemain, je commence le stop pour San Luis Obispo. Encore une fois je galere un peu au debut, puis j'arrive a obtenir quelques rides jusqu'a Esalen, un institut fonde par deux hippies au sud de Big Sur. J'attends encore un peu jusqu'a ce que Jackie ne m'embarque pour San Luis Obispo. Nous longeons la cote sur la Highway 1. Les paysages sont sublimes! Le soleil s'ecrasant sur la mer donne des reflets dores a cette derniere tandis que l'eau le long de la cote arbore une couleur turquoise paradisiaque. Les falaises escarpees laissent ensuite place a un paysage plus plat et les montagnes font leur apparition a l'est. A l'approche de SLO, nous croisons de nombreuses vignes, nous entrons de le Wine Country qui se poursuit jusqu'a Los Angeles.

 


Jackie me laisse au pied de la Madonna Mountain ou j'apprecie la vue sur SLO depuis les hauteurs et ou je peux ensuite planter la tente sans risque d'etre inquiete. Je n'ai rendez-vous que dans l'apres-midi le lendemain et je visite donc la ville en attendant. Notamment la mission en centre-ville, origine historique de l'etablissement de SLO. Etablie en 1772 par le pere Serra, cette mission n'est que l'une des 21 missions construites entre San Diego et San Francisco a l'epoque de l'evangelisation des populations indigenes par l'eglise catholique espagnole. Je me rends aussi a Bublle Gum Alley, dont l'importance historique est toute autre mais qui represente neanmoins une attraction de la ville. Enfin, je parcours les rues et j'apprecie le charme et le calme de cette ville etudiante.

  

Vers 16h, j'arrive chez Cameron. Nous prenons le temps de faire connaissance, puis Cameron m'abandonne quelques heures pour cause de rendez-vous. Pas grave puisque je croise ensuite successivement Seth et Stevens, deux de ses colocs, avec qui je prends le temps de discuter egalement. La maison abrite quatre personnes, tous les quatre en etudes d'ingenieur, mais le quatrieme larron rentre tard ce soir, donc peu de chances de le voir. Au retour de Cameron nous allons faire un tour sur le marche fermier avec ses nombreux produits locaux issus de l'agriculture biologique, un courant tres en vogue par ici, et ses costumes d'Halloween, la grande fete etant pour bientot.
Nous rentrons ensuite chez lui, repit de courte duree puisque 10 minutes apres nous nous dirigeons vers le club de "line-dancing" de la ville. Un petit pas pour l'homme mais une grande experience pour le francais de base que je suis! Le line-dancing, danse issue du Far West et des vrais cowboys des grandes plaines americaines, implique comme son nom l'indique une danse en ligne avec des enchainements de pas bien precis selon la musique. Les danses en couple sont egalement tres repandues avec toujours cette contrainte imposee pour les pas. Je n'aime pas specialement danser, encore moins une danse rythmee, mais je dois dire que le fait de cotoyer ces cowboys et cowgirls vetus de leurs santiags, de leur stetsons et de leurs chemises a carreaux m'a beaucoup plu! C'est beaucoup moins facile que ca en a l'air et je dois vous avouer que je m'y suis pris comme un manche... On retiendra simplement mon immersion dans cet univers parallele qu'est le line-dancing, univers qu'on ne rencontre qu'aux Etats-Unis, pour sur!

"Waow, it was really something different Cameron, thanks for bringing me there and for your hospitality!"

  

Le lendemain, j'ai le plaisir decroiser Tyler, le quatrieme coloc, avant de reprendre la route. Je galere pour me faire prendre en stop et je me dis que decidement la Californie, reputee "cool", se revele un peu coincee et bourgeoise. Finalement, en fin de journee je suis a Santa Barbara grace a un dernier long ride avec des jeunots de l'age de mon frere venus chercher un copain ici avant de remonter a San Francisco. Ils insistent pour la photo souvenir et je ne vois pas pourquoi je refuserais!

 J'ai le desagreable plaisir d'etre reveille par un : "Freeze! Get out your tent and show your hands!" Et oui, la police... Deux voitures rien que pour moi avec un de ces messieurs en train de ma braquer. Apparemment, je dormais sur un terrain appartenant a l'aeroport et ces gentlemen n'aimaient pas ca. J'ai donc du lever le camp apres un avertissement amical. Au final, j'ai dormi dans la reserve de sable d'un golf quelques centaines de metres plus loin. Tres confortable et ca tient chaud!
J'entame le stop vers 7h au petit matin, apres un bon breakfast chez l'inevitable McDonalds, et je n'ai meme pas le temps de sortir mon panneau que me voila parti pour mon premier ride de la journee. Il s'agit sans doute de mon ride le plus chic puisque je suis embarque par une Lincoln noire type Limousine (pas celle que vous pensez, un peu plus court, mais c'est quand meme un must!) avec Richard, le chauffeur, portant fierement son costume trois pieces. J'ai d'abord cru a une plaisanterie, mais finalement je ne suis qu'au debut des surprises de cette journee qui s'achevera a Los Angeles eencore mieux qu'elle n'a commence!

Commentaires (1)

1. Jb 24/11/2009

T'es quand même pris en flagrant délie d'atteinte à la pudeur sur l'une de tes dernière photos avec en second plan une jolie blonde à la jupe courte !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site